Pages

jeudi 27 juillet 2017

Notre consommation d’énergie

Un homme qui ne fait pas efforts physiques doit manger environ 2000 kcals par jour. Cette quantité est souvent et faussement considéré comme un mesure d’énergie. En effet elle est physiquement une puissance avec la mesure d’énergie par unité de temps. Peut-être est il ce mal-compris qui a fait que l’unité kcals par jour n’existe pas dans cette calculatrice ?  2000 kcals par jour correspondent à environ 100 W.

Une règle de pousse pour les ingénieures qui calcule le besoin de chauffage ou climatisation dans un bureau est qu’une personne assis émet tant de chaleur comme une bougie, environ 60 W. De plus il faut de la puissance pour évaporer l’eau qui sort avec la respiration, environ 20 W. Les 20 W qui reste par rapport aux 100 W consumé est utilisé pour déplacer le corps ou d’autres activités physiques. Ce petit calcule indique que le rappeur entre la puissance musculaire et la puissance consommé, c’est-à-dire le rendement du corps humain, n’est que autours de 20%.

Les 2000 kcals par jour est un seuil et ceux qui font un travail physique doivent manger plus. Le comble est probablement les cyclistes de Tour de France qui consomment 8000 kcals par jour. Parce qu’ils seulement sont sur la piste 4 heures par jour ils utilisent 6300 kcals pendant ce temps, qui correspond à la puissance de 1800 W. Cependant, donné que le rendement n’est que 20%, seulement 360 W vont aux pédales. Dérivé d’une source autre que des mesures directs, qui à 40 km/h sont de 320 W, cette estimât est étonnement bon.

Par contre, parce qu’elles mettent plein la lampe, la rumeur qui dit qu’il ne faut mieux pas inviter une danseuse de ballet à manger dans un restaurant est fausse. Cette catégorie professionnelle n’a besoin que de 3000 kcals par jour.

Mais, la puissance qui passe par la bouche n’est qu’une miette de ce que nous consommons. Pour les besoins personnels, et ceux de l’industrie français, nous consommons quotidiennement en moyenne 2 800 W dont 840 W en forme d’électricité.

Sommaire de nos besoins d’énergie :
Une personne normale consomme en nourriture 100 W.
Une personne qui travaille dure consomme en nourriture 400 W.
Pour le bon fonctionnement de la société chacun de nous consomme 2 800 W.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Livres écrites par des amies

Les Docks de Marseille
de Hugues Serraf

mercredi 26 juillet 2017

La stratégie européenne pour production de batteries est en cours de développement

Le site d'affaires Bloomberg a récemment noté que le Gigafactory de Elon Musc pour production de batteries lithium-ion en États-Unis attire toute attention - tandis que la Chine est sur le point de lui enterrer dans des batteries.

Environ 55% des batteries lithium-ion du monde sont aujourd'hui produit en Chine. Les États-Unis ne sont qu’à 10%. En 2021 il est estimé que la part de la Chine sera 65% et celle des États-Unis 17%.

Au cours de la même période la production annuelle devrait augmenter de 103 GWh à 273 GWh et cela principalement à cause de la demande du secteur automobile. Dans l’analyse de Bloomberg l'Europe n'est même pas mentionné. Elle est incluse dans la catégorie « l’autre monde ».

La Commission Européenne s’est rendu compte que l'Europe est en retard et a décidé d’agir. Une stratégie pour la production de batteries est maintenant en cours d'élaboration. La mission de concevoir des propositions a récemment été confié à InnoEnergy, qui est une association des acteurs publics et privés où l'UE est le contributeur majeur.

Un représentant explique que 25% des composants mondial pour moteurs thermiques sont fabriqués en Europe, mais seulement 3% des correspondants pour voitures électriques, y compris les batteries. Pourtant, la transition vers voitures électriques est déjà en cours et parce que la structure industrielle en Europe est si orienté vers des moteurs thermiques, il faut concevoir un plan de changement.

Une première proposition a déjà été présentée à la Commission. Elle mette en place 6 cadres dans chaine de la fabrication : Matière primaire ; Ingrédients actives, (par exemple, cathodes, électrolytes) ; Cellules pour batteries, batteries ; Véhicules électriques ; Produits stationnaires.

L'Europe est bien positionnée dans les 3 dernières étapes, c’est-à-dire des applications qui utilisent les cellules. Un objectif à court terme est de stimuler les 3 premières étapes. À plus long terme, 7 à 10 ans, il faut aussi coordonner et fortifier le développent dans toute la chaine.

Il y a aussi une dimension géopolitique. D’être en mesure de contrôler les flux de matières premières serait un grand plus.

En Asie ils ont premièrement investi dans la fabrication de batteries pour satisfaire la demande du secteur électronique de consommation. Maintenant quand la production de voitures électriques prend ampleur il aura un grand écart entre la capacité et les besoins estimés. Cette insuffisance est une occasion pour l'Europe.

L'ancien chef de la logistique de Tesla, Peter Carlsson a avec son entreprise Northvolt l’ambition à construire une grande usine de batteries en Suède, avec une capacité allant jusqu'à 32 GWh par an. Tesla a aussi annoncé une usine de batteries européenne et Daimler est en train d’investir environ 500 millions euro dans une nouvelle usine en Allemagne.

L'UE ne peut pas être un opérateur commercial mais elle peut contribuer avec des instruments financiers et un système de réglementation qui doit être ciblés pour la production de batteries. Dans un proche avenir il faut décider sur les formes de ces soutiens.

Le plan est d’avoir des recommandations pour la stratégie accomplie en Octobre ou Novembre. Les principaux acteurs européens de l'industrie seront invités à participer à l’effort.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Livres écrites par des amies

Les Docks de Marseille
de Hugues Serraf

mardi 25 juillet 2017

L’action sociale de chiens

Beaucoup de chercheurs s’intéressent aux comportements sociaux des animaux. Nos cousins évolutionnaires, les singes, ont été particulièrement examinés.

Parce que les comportements des animaux en captivité est susceptible de ne pas être naturelles, ils n’ont par exemple pas besoin de chercher à manger, les études dans leurs habitats naturelles sont considéré comme les meilleurs.

Cependant, il  y a un problème avec des animaux domestiqués. Ils ont été en compagnie avec nous depuis des milles d’années et nous avons, génération après génération, sélectionné les individus avec des comportements qui nous convient le mieux.

L’habitat naturel pour les chiens n’est plus des forêts ou des steppes mais dans le proche environnement humaine. D’étudier leurs comportements sociales ne se fait pas sans la présence d’hommes.

Le chien a été domestiqué il y a peut-être 14 000 ans. Quelques loups en Chine sont maintenant devenus une grande variété de races avec tailles, tempéraments et habitudes différentes. Mais, ils partagent tous le destin d´être dépendant des humains et ce fait a naturellement un impact sur leurs comportements.

Voici une expérimentation :

Sur le sol il y a une boîte avec 3 trous cachés par des trappes. Dans chaque trou il y a un petit morceau à manger. Il est possible pour le chien d’ouvrir 2 trappes avec son nez ou sa patte mais le troisième est fixé.

Les chiens sentent l’odeur et s’approche vite de la boîte. Ils réussissent  rapidement d’ouvrir 2 trappes mais ne pas le 3ième. Puis, se produit quelque chose typique pour chiens, suivant plusieurs efforts échoués, ils regardent émouvant ses maitres.

Des loups peuvent coopérer entre eux quand ils chassent mais ne pas les chiens. Ils sont génétiquement déterminés à coopérer avec des humains, ce que les loups ne savent pas faire.

Regardez cette vidéo de 9 à 11 min.

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Livres écrites par des amies

Les Docks de Marseille
de Hugues Serraf